Connexion

Inscription
Mot de passe oublié ?
Obtenir votre mot de passe abonné

Bienvenue dans votre espace abonné à Altermondes

Découvrez le dernier numéro d'Altermondes
Découvrez tous les numéros d'Altermondes

Continuer à découvrir le site

Inscription

Veuillez utiliser uniquement des caractères alphanumérique (ex: az, AZ, 0-9) et au moins 5 caractères

Minimum de 8 caractères

* Champs obligatoires

Se connecter

Demandez votre mot de passe

Veuillez vérifiez votre messagerie. Identifiez-vous

Inscription

Désolé, cette clé ne semble pas être valide.

Remarque: Le mot de passe doit comporter au moins sept caractères. Pour le rendre plus fort, utilisez des lettres majuscules et minuscules, des chiffres et des symboles comme! "$% ^ & Amp;?).

Se connecter

Le 25-03-2015 à 17:03

Regards croisés : jeunesse et djihadisme

Par Atouma Diarra

Arrivés à Tunis, les reporters citoyens français ont invité les reporters citoyens tunisiens à débattre des attentats qui ont touché Paris et Tunis à quelques semaines d’intervalle. À l’occasion de cette rencontre, ils ont notamment abordé la question des jeunes et du djihadisme.

Dans une société en crise, le djihad apparait parfois comme un rempart. Mais qu’est-ce qui pousse donc ces jeunes à se foutre en l’air ?! « Ils leur proposent de l’argent et de l’aide», explique Ghassein, reporter tunisien qui se souvient de certains de ses voisins qu’il a vu partir en Syrie… Partir au djihad c‘est appartenir à un groupe et sortir d’une marginalité.

C’est le même constat que dresse un reporter citoyen français qui connaissait Amedy Coulibaly, auteur de la tuerie de l’Hyper cacher à Paris.

Younès lui évoque un camarade de fac à Tunis parti combattre et mourir en Syrie.


Les attentats du musée du Bardo ont marqué les esprits. Les exemples défilent et l’histoire reste la même. Des jeunes qui se tuent et une jeunesse qui se meurt.

Côté français comme tunisien, les avis sont unanimes : le djihad n’est pas une affaire religieuse. Non. Les jeunes ne partent pas pour un Dieu, ils partent faute de raison de rester. C’est une question qui touche toutes les couches de la société : de Paris à Tunis, des quartiers populaires aux universités.

En réalité le succès du djihad n’est que le reflet de l’échec de la société, à prendre en charge sa jeunesse. Une fois ce constat établi reste la question des solutions. Les reporters citoyens français et tunisiens sont résolus à combattre ce fléau.

L’éducation est sans doute l’arme la plus efficace pour faire entendre des revendications trop souvent inaudibles. Dans son job étudiant d’assistante pédagogique dans un collège à Viry-Châtillon, Assa met en place des débats : « Il faut faire circuler la parole et même quand les propos sont choquants. » Un bon moyen pour briser les fantasmes autour du djihad ainsi que les débats qui cristallisent les tensions dans nos sociétés.

La discussion se poursuit autour des caricatures de Charlie Hebdo, de la liberté d’expression mais aussi de Dieudonné, du racisme, de l’islam et de la démocratie…

Des débats qui préoccupent toute une jeunesse sur les deux rives de la Méditerranée.

  
Découvrez d'autres articles sur les thèmes...

Ajouter un commentaire